Search

‘Made in Belgium’ : quand et comment utiliser cette appellation ?

A l’heure où les consommateurs plébiscitent les alternatives locales, il devient de plus en plus intéressant de mettre en avant l’origine belge d’un produit. Mais que peut-on faire ou ne pas faire ?

Comment utiliser l’appellation « Made in Belgium » ?

La législation européenne impose de renseigner l’origine de certains produits alimentaires, tels que les fruits et légumes, l’huile d’olive, le miel, la viande de porc, le bœuf, les ovins, les caprins, la volaille, les poissons et les crustacés.
Sur ces produits, la mention « Made in Belgium » peut donc être ajoutée sur le devant de l’emballage ou en tous les cas, le nom du pays en toutes lettres doit être indiqué. Cette mention proéminente laisse entendre que ces aliments sont 100% obtenus sur le sol belge.

Toutefois, l’appellation « Made in Belgium » peut aussi être utilisée pour un produit fabriqué dans plusieurs pays, pour autant que la Belgique soit le pays où a été effectuée la dernière transformation du produit.
Un produit peut donc être estampillé « Made in Belgium », si les premières étapes de sa fabrication ont lieu dans un ou plusieurs autres pays et même si le produit  contient des matières premières provenant de l’étranger.
Une restriction existe cependant : si l’origine de l’ingrédient primaire (ingrédient principal, représentant + de 50% du produit) est différente de l’origine indiquée sur le produit alors l’origine de l’ingrédient primaire doit également être indiquée sur l’emballage.

L’appellation « Made in Belgium » est-elle encadrée légalement ?

Contrairement à son voisin français ou à d’autres pays européens, le législateur belge n’a pas pourvu l’appellation « Made in Belgium » ou « certifié d’origine belge » d’un cadre spécifique.
De ce fait, il n’existe chez nous aucun organisme certificateur indépendant chargé d’attribuer cette mention. Chacun est donc libre d’utiliser à sa guise l’appellation « Made in Belgium », même si la déontologie impose un devoir d’honnêteté vis-à-vis des consommateurs. 
Une exception est à prévoir pour les sociétés qui exportent leurs produits. Celles-ci sont obligées de remplir un certificat d’origine qui est délivré par la chambre des commerces et atteste la nationalité du produit.

Existe-t-il d'autres labels garantissant l'origine belge ?

L’appellation « Made in Belgium » n’est pas la seule à être apposée sur les produits, qui affichent parfois d’autres mentions comme « Belgian product », « manufactured/producted by Belgium » ou encore un simple drapeau belge.
Ces autres appellations qui ancrent la “belgitude” d’un produit sont nombreuses ; toutes ne rentrent pas pour autant dans ce qu’on appelle le « marquage d’origine », à l’image des mentions ‘Belgian Style’, ‘Belgian Recipe’, ‘Made in Flanders’ ou encore ‘Brussels Beer’.

Et au niveau régional ?

En Flandre, la reconnaissance d’un produit alimentaire peut se faire via l’appellation Streekproduct, développé par le VLAM, l’organisme de promotion des produits frais en Flandre. La Wallonie encourage quant à elle les entreprises à utiliser des appellations européennes, à savoir l’IGP (Indication Géographique Protégée) et l’AOP (Appellation d’Origine Protégée).

Source : www.gondola.be

Plus d’inspiration et d’infos savoureuses dédiées au food retail et aux métiers de bouche ?

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Shrinkflation, réduire la taille d’un produit, mais pas son prix : le point sur cette pratique commerciale

La législation française prend les devants par rapport à cette pratique commerciale : à partir du 1er juillet 2024, les supermarchés français de plus de 400 m2 devront informer de manière visible et lisible leurs consommateurs lorsqu’un produit voit son poids évoluer à la baisse sans que son prix ne suive la même courbe (soit directement sur l’emballage, soit sur une étiquette affichée à proximité immédiate du produit).
Cette actualité nous offre l’occasion de nous pencher sur cette « astuce » commerciale qui permet principalement aux fabricants de faire face à l’augmentation de leurs coûts de production.

Lire plus »
State of grocery

Enquête européenne : des signes d’espoir pour le secteur de la distribution alimentaire en 2024

Le rapport annuel “The State of Grocery Europe” élaboré par McKinsey et l’organisation de commerce de détail EuroCommerce place l’année 2024 sous le signe de l’espoir. L’étude pointe en effet différentes tendances clés, qui prêtent à l’optimisme après une année 2023 très difficile pour le secteur, marquée par une baisse générale de la consommation, dans un contexte de hausse record du prix des denrées alimentaires.

Lire plus »

Le rayon boulangerie version 2024 : plus innovant, plus attractif, plus qualitatif

Passé les difficultés de la crise Covid, le secteur du bake-off – à savoir les produits de boulangerie surgelés et re-cuits en magasin – est resté à la peine, marqué par un contexte peu favorable (hausse des prix de l’énergie et des matières premières). A-t-il désormais repris des couleurs et regagné les faveurs des consommateurs ? Le sujet faisait l’objet d’un dossier dans le magazine Gondola de janvier-février 2024, dont voici un court résumé.

Lire plus »

Le Nutri-Pact : une nouvelle initiative pour des choix alimentaires plus sains

La lutte contre le surpoids et l’obésité reste un défi majeur, notamment en Belgique. Fevia, la fédération belge de l’industrie alimentaire, et Comeos, la fédération du commerce et des services, ont décidé d’unir leurs  forces pour introduire le “Nutri-Pact : une Coalition pour une Meilleure Alimentation”, dont l’objectif est d’encourager et de promouvoir des choix alimentaires plus sains.

Lire plus »

Etiquetage alimentaire : quelles sont les règles en la matière ?

Le règlement européen FIC (« Information des Consommateurs sur les denrées alimentaires ») régit l’étiquetage alimentaire depuis 11 ans. Son objectif est de fournir aux consommateurs les informations suffisantes qui lui permettront de choisir de manière éclairée les produits qu’ils achètent et consomment. Les règles du FIC concernent l’étiquetage des durées de conservation, l’étiquetage d’origine et l’étiquetage nutritionnel. Quelles sont les obligations à respecter à ces trois niveaux ? Quelles sont les évolutions possibles à prévoir ?

Lire plus »
Retour haut de page