Search

Etiquetage alimentaire : quelles sont les règles en la matière ?

Le règlement européen FIC (« Information des Consommateurs sur les denrées alimentaires ») régit l’étiquetage alimentaire depuis 11 ans. Son objectif est de fournir aux consommateurs les informations suffisantes qui lui permettront de choisir de manière éclairée les produits qu’ils achètent et consomment. Les règles du FIC concernent l’étiquetage des durées de conservation, l’étiquetage d’origine et l’étiquetage nutritionnel. Quelles sont les obligations à respecter à ces trois niveaux ? Quelles sont les évolutions possibles à prévoir ?

L'étiquetage des durées de conservation

D’après la loi, tous les produits alimentaires doivent afficher une date de durée de conservation. En l’occurrence, il existe en fait deux manière de mentionner la fameuse “date de péremption”.

La date limite de consommation (DLC)

La Date Limite de Consommation (DLC) est la date stricte jusqu’à laquelle un aliment peut être consommé (« à consommer jusqu’au… »). Elle est apposée sur des produits microbiologiquement très périssables : ces aliments vont donc se détériorer rapidement et ne devront plus être consommés une fois cette date dépassée.

La date de durabilité minimale (DDM)

La Date de Durabilité Minimale (DDM), nettement moins stricte, sera précédée de la mention « à consommer de préférence avant… ». Elle sera utilisée sur des produits de moyenne et de longue conservation pour indiquer l’échéance jusqu’à laquelle le fabricant garantit la qualité optimale du produit. Ce dernier pourra donc être consommé des jours, des semaines voire des mois après cette date, sans risque pour la santé.  

Afin de lutter contre le gaspillage et les pertes alimentaires, l’Europe envisage de revoir les règles concernant l’étiquetage des durées de consommation. En effet, un constat apparaît clairement : pas toujours bien informés de la différence entre les deux marquages de date de péremption, de nombreux consommateurs ont tendance à jeter trop rapidement des aliments qu’ils considèrent comme « périmés » alors que ceux-ci pourraient encore tout à fait être consommés sans risque de tomber malade.
A l’avenir, la terminologie pourrait donc être revue pour améliorer la bonne compréhsension par les consommateurs. Il pourrait aussi être question d’un élargissement de la liste des aliments concernés par la DDM, voire d’une suppression pure et simple de cette liste. Affaire à suivre…

L'étiquetage d'origine

Soucieux de privilégier les circuits locaux, de plus en plus de consommateurs souhaitent connaître l’origine des produits qu’ils trouvent en magasin.
La législation européenne impose de renseigner l’origine de certains produits alimentaires, tels que les fruits et légumes, l’huile d’olive, le miel, la viande de porc, le bœuf, les ovins, les caprins, la volaille, les poissons et les crustacés. Pour les autres produits, l’étiquetage d’origine se fait sur base volontaire.

L'étiquetage nutritionnel

Le FIC prévoit la présence d’informations nutritionnelles sur les aliments. En complément de cette base légale, les Etats membres peuvent mettre en place d’autres systèmes sur base volontaire, tels que le gouvernement belge l’a fait avec le Nutri-score.
Dans le cadre de sa stratégie « Farm to Fork », l’Europe envisage de réviser le FIC dans différents aspects ; l’une des évolutions possibles serait la mise en place d’un système d’étiquetage nutritionnel et une représentation visuelle unique au niveau européen.
Les discussions vont bon train pour établir la solidité scientifique de ce système, pour parvenir à un consensus européen sur les recommandations nutritionnelles et pour définir les modalités de mise en œuvre et de contrôle.

Plus d’inspiration et d’infos savoureuses dédiées au food retail et aux métiers de bouche ?

Let’s share:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Linkdin
Share on Pinterest

Shrinkflation, réduire la taille d’un produit, mais pas son prix : le point sur cette pratique commerciale

La législation française prend les devants par rapport à cette pratique commerciale : à partir du 1er juillet 2024, les supermarchés français de plus de 400 m2 devront informer de manière visible et lisible leurs consommateurs lorsqu’un produit voit son poids évoluer à la baisse sans que son prix ne suive la même courbe (soit directement sur l’emballage, soit sur une étiquette affichée à proximité immédiate du produit).
Cette actualité nous offre l’occasion de nous pencher sur cette « astuce » commerciale qui permet principalement aux fabricants de faire face à l’augmentation de leurs coûts de production.

Lire plus »
State of grocery

Enquête européenne : des signes d’espoir pour le secteur de la distribution alimentaire en 2024

Le rapport annuel “The State of Grocery Europe” élaboré par McKinsey et l’organisation de commerce de détail EuroCommerce place l’année 2024 sous le signe de l’espoir. L’étude pointe en effet différentes tendances clés, qui prêtent à l’optimisme après une année 2023 très difficile pour le secteur, marquée par une baisse générale de la consommation, dans un contexte de hausse record du prix des denrées alimentaires.

Lire plus »

Le rayon boulangerie version 2024 : plus innovant, plus attractif, plus qualitatif

Passé les difficultés de la crise Covid, le secteur du bake-off – à savoir les produits de boulangerie surgelés et re-cuits en magasin – est resté à la peine, marqué par un contexte peu favorable (hausse des prix de l’énergie et des matières premières). A-t-il désormais repris des couleurs et regagné les faveurs des consommateurs ? Le sujet faisait l’objet d’un dossier dans le magazine Gondola de janvier-février 2024, dont voici un court résumé.

Lire plus »

Le Nutri-Pact : une nouvelle initiative pour des choix alimentaires plus sains

La lutte contre le surpoids et l’obésité reste un défi majeur, notamment en Belgique. Fevia, la fédération belge de l’industrie alimentaire, et Comeos, la fédération du commerce et des services, ont décidé d’unir leurs  forces pour introduire le “Nutri-Pact : une Coalition pour une Meilleure Alimentation”, dont l’objectif est d’encourager et de promouvoir des choix alimentaires plus sains.

Lire plus »

Etiquetage alimentaire : quelles sont les règles en la matière ?

Le règlement européen FIC (« Information des Consommateurs sur les denrées alimentaires ») régit l’étiquetage alimentaire depuis 11 ans. Son objectif est de fournir aux consommateurs les informations suffisantes qui lui permettront de choisir de manière éclairée les produits qu’ils achètent et consomment. Les règles du FIC concernent l’étiquetage des durées de conservation, l’étiquetage d’origine et l’étiquetage nutritionnel. Quelles sont les obligations à respecter à ces trois niveaux ? Quelles sont les évolutions possibles à prévoir ?

Lire plus »
Retour haut de page